Une programmation «plus mature et diversifiée» pour le Rockfest

Publié le 22 février 2017

Alex Martel a déjà réalisé plusieurs de ses rêves les plus fous grâce au Rockfest.

©Photo gracieuseté

MUSIQUE. «C'est certain que Rammstein est de loin la plus grosse tête d'affiche. C'est un show à voir au moins une fois dans sa vie», affirme le fondateur du Rockfest, Alex Martel, quand on le questionne sur ses plus grandes fiertés de la programmation 2017.

L'an dernier, M. Martel voulait un retour aux sources pour son festival rock qui est le plus gros au Canada. Cette année, il désirait une programmation plus mature et diversifiée. «Plus de la moitié des bands vont venir plus une première fois au Rockfest et on retrouve aussi des classiques que les festivaliers veulent voir année après année comme Goldfinger, Bad Religion, The Offspring.»

Il précise d'ailleurs que ce sont les festivaliers qui l'aident à monter sa programmation avec leurs demandes.  La programmation a été lancée, mercredi sur l'heure du midi, au grand plaisir des amateurs du Rockfest. Plus de 125 bands seront présents à Montebello les 23 et 24 juin. Megadeth, Pennywise, Wu-Tang Clan, Iggy Pop, Alexisonfire et Good Charlotte s'ajoutent ainsi à Rammstein et The Offspring qui avaient été déjà annoncés récemment tout comme The queens of the stone age. «C'est leur premier show en Amérique du Nord depuis trois ans et l'un des seuls. C'est un gros coup pour nous autres», souligne M. Martel qui ajoute qu'il pourrait continuer longtemps à parler ainsi des groupes sur l'horaire.

«C'est un marathon de bands sur trois jours, indique-t-il. Ça permet aux amateurs de punk ou de métal d'avoir toujours quelque chose sur une scène à écouter. Je veux qu'il y en ait pour tout le monde.»

M. Martel aime aussi mettre des éléments qui sortent de l'ordinaire dans sa programmation. Cette année, Jérémy Gabriel viendra chanter la version métal de sa chanson <@Ri> I don't care<@$p>. «Il a accepté de se prêter au jeu», affirme M. Martel.

Un hommage à Watatatow est aussi à l'horaire. «Les gens seront habillés comme les personnages et joueront le thème de l'émission» précise le fondateur du Rockfest qui croit que les festivaliers viennent  au Rockfest pour la musique, mais aussi pour vivre l'expérience.

«Le road trip pour se rendre, le camping, le village qui est transformé et l'ambiance qu'on retrouve font en sorte que les gens en ont déjà pour leur argent. Ce n'est même pas obligatoire d'aimer ce style de musique pour aimer l'expérience.»

La musique reste tout de même au cœur du festival. D'ailleurs, selon M. Martel, il propose la meilleure programmation des douze années de l'événement. Même si la barre est haute pour les prochains Rockfest, il se dit assez confiant. «Il y a tellement de bands que nous n'avons pas eus encore et avec Rammstein cette année, ça nous ouvre des portes pour en attirer encore plus.»

Selon lui, Rammstein est un spectacle à ne pas manquer. «Même si tu  n'aimes pas leur musique, ce n'est pas grave, car c'est l'ensemble du spectacle qui est intéressant. Le côté théâtral, la pyrotechnie, le décor, c'est un spectacle de haut calibre.»

Il croit d'ailleurs que c'est la meilleure programmation pour ceux qui n'ont jamais assisté au Rockfest. D'autre part, il espère que plusieurs personnes de la Petite-Nation viendront fêter à Montebello le soir du 22 juin, lors de la plus grande St-Jean du Québec. «C'est un intro à ce qui va se passer le week-end et ça peut donner envie de rester avec nous autres.»

Quelques rumeurs laissaient croire que Avenged Sevenfold  et Metallica auraient pu être au Rockfest en 2017, ce qui n'est pas le cas finalement. «Chaque année, on essaie d'avoir des groupes et ça ne fonctionne pas. C'est rien de nouveau», spécifie-t-il ajoutant que les festivaliers sont tout de même contents de la programmation année après année.  

Retour de Deadly Apples

Alex Martel avait créé le Rockfest pour que son groupe Deadly Apples ait l'occasion de jouer devant le public. Pendant les cinq premières années de l'événement, il est monté sur scène. «Au début, nous étions un band amateur, raconte M. Martel. Quand nous avons arrêté, nous étions des professionnels qui avions enregistré un album à Nashville. Nous ne l'avons jamais lancé puisque je me suis concentré sur le Rockfest.»   

Cet été, après sept ans d'absence, Deadly Apples remontera sur les planches avant Rammstein sur la scène québécoise. «Toutes les conditions étaient réunies pour nous le permettre cette fois.»

Le jeune homme de Montebello a déjà réalisé plusieurs de ses rêves les plus fous grâce au Rockfest. Il a bien l'intention de prendre de l'expansion au cours des prochaines années. «Le Rockfest fait partie de mon quotidien et je veux continuer à le faire le plus longtemps possible, car j'aime ça.»

Pour plus de détails sur le Rockfest, visitez le www.montebellorockfest.com.