Zachary Sukunda se tourne vers la Suède


Publié le 16 mars 2017

SOCCER. Si Yann-Alexandre Fillion demande une faveur, Zachary Sukunda n'hésitera pas à dépanner son bon ami.

Le latéral de 21 ans vient de dénicher un contrat professionnel avec l'Uemå FC, un club de troisième division en Suède. Et s'il est atterri dans ce pays scandinave, c'est en grande partie grâce à son ancien coloc du FC Montréal.

«J'ai effectué des essais durant les dernières semaines. Yann a signé en Suisse, mais a été prêté cette année à Uemå. Il a montré ma vidéo aux entraîneurs qui cherchaient un joueur de mon style de jeu et ils ont dû aimer ce qu'ils ont vu, car ils m'ont mis à l'essai», a mentionné celui qui a réussi l'opération séduction une dizaine de jours plus tard.

«Je dois beaucoup à Yann», a admis le produit de l'Association de soccer de Hull qui a traversé l'océan pour poursuivre sa carrière.

Sukunda avait avant dévié sa route vers le sol suédois pour la France où il est retourné avec le club réserve d'Auxerre, qui lui avait offert une première chance il y a cinq ans. Gardant la forme, il a même effectué des camps avec une autre équipe de l'Hexagone en Ligue 2 avant de déménager ses pénates plus au nord de l'Europe.

Le fils de père olympien a ainsi retrouvé son meilleur ami avec qui il avait cohabité jusqu'en 2015 lorsque Fillion a mis les voiles sur le Vieux-Continent après la fin de son aventure montréalaise.

Si je ne le faisais pas, j'avais peur que cette opportunité ne soit plus là après. Je devais sortir de ma zone de confort. Et en Europe, tout est plus gros. Il y a tellement de clubs. C'est le rêve de tout joueur de soccer d'y évoluer. Zachary Sukunda, 21 ans

Le défenseur polyvalent avait décidé de mettre un terme à son association avec le club-école de l'Impact de Montréal avant même que celui-ci soit dissout complètement. Il venait de voir son temps de jeu diminuer drastiquement entre sa première et deuxième saison chez les pros.

«Je voulais voir d'autres options, avoir une nouvelle opportunité. Je savais qu'il y avait la USL, mais je me suis dit qu'à l'âge où je suis, si je voulais aller en Europe, c'était l'année pour le faire.»

«Si je ne le faisais pas, j'avais peur que cette opportunité ne soit plus là après. Je devais sortir de ma zone de confort. Et en Europe, tout est plus gros. Il y a tellement de clubs. C'est le rêve de tout joueur de soccer d'y évoluer», a ajouté l'Ottavien de 5'10 qui avait disputé le plus de minutes en 2015 avec le FC Montréal.

En Suède, Sukunda ne sera pas dépaysé. Le climat est similaire qu'au Canada alors que Sukunda a eu la chance de s'entraîner sous la neige mercredi.

Et son nouvel entraîneur aime bien pouvoir compter sur un couteau-suisse comme Sukunda qui peut tant jouer comme latéral sur la brigade défensive que milieu central.

«Je vais devoir me battre pour mes minutes et je suis prêt. Je veux aider l'Uemå FC à être promu en division 2 en Suède. Jouer en Europe, c'est l'expérience d'une vie et c'est une belle vitrine pour la suite de ma carrière.»