Alexis Guimond a déjà la tête à 2018


Publié le 19 mars 2017

SKI PARA-ALPIN. Plus que jamais, Alexis Guimond est confiant pour 2018.

Si le début de sa première saison complète sur le circuit de la Coupe du monde a été parsemé d'embûches, le Gatinois de 17 ans atteint d'hémiparalysie du côté droit s'est dressé au bon moment.

Son entraîneur lui a dit de skier vite quand ça compte. Et c'est ce qu'il a fait.

Lors de l'épreuve-test en vue des Jeux paralympiques de 2018, Guimond s'est surpassé.

À Pyeongchang, il est monté à trois reprises sur le podium sur les cinq étapes présentées dans la classe debout, dont une fois sur la plus haute marche en slalom géant.

Ça, c'est son épreuve de prédilection.

Puis, quelques jours auparavant, il avait épaté en descente et en super-G, récoltant chaque fois l'argent.

«Pour lui, c'était vraiment inespéré. Il ne s'attendait pas à de tels résultats, raconte son père Claude. Surtout que c'était sur les pistes où auront lieu les Jeux paralympiques. Il a pu les tester et voir les conditions. »

En descente, l'ancien du collège Nouvelles Frontières a rivalisé avec les Markus Salcher et Mitchell Gourley, deux vétérans et experts de cette épreuve. Après le premier passage, il avait même été le plus rapide avant de concéder la victoire par trois dixièmes de seconde à Salcher.

L'épreuve de slalom géant a aussi fait jaser. Sixième à la première descente, Guimond était enragé. N'ayant plus rien à perdre, il a tout donné. Et alors qu'il croyait pouvoir faire un bon temps, on lui a dit qu'il devait recommencer à la suite d'une chute d'un skieur devant lui.

Il était encore plus fâché, note le paternel du plus jeune skieur de l'équipe canadienne, et ç'a payé. Il a pu s'offrir la première place.

Selon les normes de Ski Alpin Canada, Alexis Guimond aurait obtenu son billet pour Pyeongchang depuis bien longtemps. À moins d'une malchance, pas question que le jeune prodige sur ski rate le rendez-vous sportif le plus important de la planète.

Et son passage en sol asiatique n'a fait que bonifier sa saison.

Déjà récipiendaire de deux médailles en Coupe d'Europe, Guimond a décroché cinq autres podiums par la suite, dont le bronze aux Championnats du monde il y a un mois.

En 2015, il parlait de son rêve d'aller aux Jeux paralympiques. L'année suivante, il était convaincu qu'il avait sa place.

Cette saison, il vient de prouver que non seulement il était de calibre pour skier avec les meilleurs du monde, mais que ramener une médaille - et même plus - n'est plus du monde de l'imaginaire.