Alexandre Bisaillon prépare son premier spectacle solo


Publié le 16 mars 2017

alexandre bisaillon.

©Photo : Gracieuseté alexandre bisaillon

HUMOUR. Le 25 mars prochain au Petit Chicago, l’humoriste de la relève Alexandre Bisaillon présentera le rodage de son premier spectacle solo en vue du festival Zoofest 2017.

Intitulé «Alexandre Bisaillon, 60 minutes en exploration», le spectacle se veut le rodage de son premier spectacle solo. Ce dernier sera présenté cet été au Zoofest dans le cadre du Festival Juste pour rire.

«Tout ce qui est pré-spectacle, c’est ce qui me stresse le plus, explique le jeune homme originaire d’Ottawa. Tu vois des visages que tu connais, il faut comme se prouver qu’on s’est amélioré ‘’depuis le secondaire’’ devant tes vieux amis.»

Âgé de seulement 25 ans, Alexandre Bisaillon compare ses mimiques à celles de Jim Carey et ses extrapolations à celles d’André Sauvé. Diplômé de l’École nationale de l’humour en 2012,  il aime parler de ses angoisses et de ses incompréhensions vis-à-vis l’humanité.

«Je me mets sous la loupe et je fais ressortir mon côté hypocondriaque. J’aime rire des petits malaises, comme quand quelqu’un court après l’autobus, qu’il arrive à la porte et que l’autobus ne s’arrête pas. Des choses du quotidien qui m’arrivent aussi à moi.»

Et toutes ces choses, c’est sur la scène qu’il arrive réellement à en parler. Contrairement à sa personnalité extrême sur les planches, il est quelqu’un de très réservé dans la vie.

«Les gens me disent que je suis très différent sur scène et dans la vie. Sur scène j’explose, mais dans la vie je suis quelqu’un de très gêné et réservé. Je suis le genre de gars qui va avoir de la misère à parler à la caisse à l’épicerie. L’humour me donne une place que je ne prends pas dans la vie.»

D’ici le Zoofest, Alexandre Bisaillon prévoit peaufiner son spectacle en y ajoutant des vidéos et quelques idées un peu plus «pétées». La version «stéroïdes» de son spectacle viendra, ça, il nous l’assure.

Pour vous procurer un billet pour le spectacle d’Alexandre Bisaillon, visitez le http://bit.ly/2mHqia2