La Soirée est (encore) jeune et Mike Ward au premier festival Transistor

La radio numérique à l’honneur au centre-ville de Gatineau


Publié le 13 mars 2017

David Thibodeau, Steven Boivin et Julien Morissette

©TC Media

CULTURE. Ceux qui connaissent la radio numérique pourront profiter du premier festival Transistor pour assister à l’enregistrement de plusieurs émissions dont les populaires La soirée est (encore) jeune et Mike Ward Sous Écoute, mais ce sera aussi l’occasion de faire découvrir ce médium, du 27 au 30 avril prochain, au centre-ville de Gatineau.

Mis sur pied par trois passionnés de la radio numérique, Julien Morissette, David Thibodeau et Steven Boivin, l’événement se déroulera sous un chapiteau, érigé dans le stationnement au coin des rues Laval et Hôtel-de-Ville.

C’est la baladodiffusion Mike Ward Sous Écoute> qui sera en tête d’affiche de la première soirée. Chaque épisode de la baladodiffusion est téléchargé environ 100 000 fois, précisent les organisateurs.

Les 29 et 30 avril, La soirée est (encore) jeune s’installera sous le chapiteau pour présenter son émission qui se veut une revue humoristique de l’actualité. Jean-Philippe Wauthier, Fred Savard, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet se transporteront donc à Gatineau, eux qui font généralement l’émission en direct du bar Chez Roger, à Montréal. Environ 40 000 personnes par semaine écoutent l’émission en baladodiffusion.

«Ça va attirer l’attention de bien des gens de partout au Canada sur Gatineau», se réjouit Julien Morissette.

Mais l’événement veut aussi faire une place aux baladodiffusions moins connues. «On est content de faire de la place avec Transistor à des projets plus émergents ou moins connus en radio numérique, parce que c’est une pratique qui est encore en émergence.»

Le trio invite d’ailleurs les intéressés à les contacter pour se joindre au premier festival. «Notre objectif est d’inclure le plus de gens possible dans cet événement», indique Steven Boivin. L’idée est aussi de créer un rendez-vous annuel.

Ainsi, ils espèrent faire découvrir à ceux qui sont moins familiers avec le concept ce qu’est la radio numérique. «Ce qui est intéressant c’est qu’on peut faire le choix d’écouter ce qu’on veut et quand on veut», rappelle Steven Boivin.

Du même coup, en attirant le public à assister en direct aux émissions et rencontrer les artisans de la radio, les organisateurs souhaitent aussi attirer des gens au centre-ville de Gatineau. Le projet a d’ailleurs eu un coup de pouce du Fonds de soutien de l’animation du centre-ville de Gatineau.

Détails sur la page Facebook Transistor – Festival de la radio numérique.