Centre Aydelu: l'organisme et la Ville en mode «solution»


Publié le 3 mars 2017

TAXES. La récente décision de la Commission municipale du Québec de ne pas renouveler l'exemption de taxes de l'organisme Aydelu ne changera pas les opérations… pour le moment.

L'organisme a réagi, une semaine à la suite de la décision de la commission, et après avoir rencontré les autorités municipales et connaître les impacts sur le centre: «Le centre avait toujours bénéficié d’une exemption de taxes. C’est lors du renouvellement de l’exemption que la commission a refusé de renouveler notre exemption. Nous sommes très surpris de la décision rendue», indique l'un des administrateurs Guy Rochon.

«Le centre Aydelu poursuivra ses opérations. Aucune perturbation de nos activités n’est prévue», indique Guy Rochon, administrateur de l'organisme communautaire. Le centre est en discussion avec la Ville de Gatineau afin de permettre à l'administration de s'ajuster.

L'impact se chiffre à environ 125 000$ annuellement, un fardeau qui sera difficile d'assumer, prévient l'administration, qui a l'intention de tenir prochainement une assemblée générale afin d'informer les membres des détails entourant les discussions avec Gatineau.

Une première rencontre a eu lieu le 1er mars entre le centre Aydelu et la Ville afin de voir ce qui pourrait être fait.

«On est en train de négocier avec la Ville. C'est sûr que l'on n'est pas capable de payer les taxes.  Alors on attend encore une semaine ou deux avant que la Ville nous revienne avec des scénarios.»

À ce sujet, le centre Aydelu attend de connaître les propositions de la Ville. Aucune piste n'a été avancée car les employés municipaux doivent valider ce qui peut être légalement fait pour venir en aide au centre communautaire.

Le centre Aydelu existe depuis 1921 et dessert plusieurs organismes du secteur d'Aylmer, en plus d'être le lieu de rencontre pour des mariages, fêtes et autres activités.

Pour M. Rochon, le centre est vital: «Des salles à Aylmer, il n'y en a pas beaucoup et c'est pour ça que l'on travaille avec la Ville pour la garder ouverte. Sans ça, je ne sais pas ce que l'on ferait sans cette salle.»

Aydelu entend tenir prochainement une assemblée générale annuelle et le public sera invité à venir se renseigner et poser des questions sur l’évolution des discussions avec la Ville de Gatineau. Les détails sur cette assemblée sont à venir.