Un Salon Accès Justice pour mieux comprendre le droit


Publié le 19 avril 2017

JUSTICE. Le Salon Accès Justice s'ouvre  ce vendredi 21 avril et l'événement permettra de mieux comprendre le domaine et de mieux s'y aventurer, si le besoin se fait sentir.

C'est la députée de Gatineau Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et ministre responsable de la région de l'Outaouais, qui agit à titre de présidente d'honneur de l'événement. Une belle occasion de comprendre et d'apprendre s'offre aux gens, selon elle.

«Pleins de raisons qui m'amènent à cette participation: je suis avocate, l'accès à la justice pour moi est une priorité dans le cadre de mon mandat et ça se décline de plusieurs façons, mais ça permet aux citoyens de comprendre le système de justice, de comprendre leurs droits, de comprendre le processus judiciaire.»

Lors de cette première journée, des activités d’éducation et de sensibilisation juridique seront offertes exclusivement à des adolescents d’écoles secondaires. De nombreux sujets d’importance seront abordés de manière interactive et amusante, dont la traite de personnes et l’exploitation sexuelle, et les conséquences juridiques des gestes posés sur les réseaux sociaux comme Facebook.

«Ce programme mené par la Direction des poursuites criminelles fait la tournée d'écoles pour mettre les jeunes dans le contexte d'un procès simulé afin de faire comprendre le fonctionnement de la justice.»

L'événement permettra aux gens de côtoyer des spécialistes du droit notarial, criminel et familial lors de la journée du samedi 22 avril.

«L'avocate qui a siégée au conseil du Barreau de Hull était très intéressée. Ça vient me chercher parce que c'est important de démystifier le droit, du travail des avocats, des juges. La justice des dix dernières années a évoluée.»

L'arrivée des centres de justice de proximité dans diverses régions, notamment en Outaouais il y a plus de deux ans, auront contribué à améliorer la compréhension du système judiciaire. Mais il reste encore beaucoup à faire.

«Je crois que les centres de justice font un bon travail pour bien expliquer le domaine de la justice. On a aussi Éducaloi, Juripop qui font de la sensibilisation pour bien comprendre les enjeux et les rouages.»

En dehors du Salon et du Centre de justice de proximité, il existe aussi d'autres opportunités d'en apprendre davantage:

«Il y a de belles initiatives, indique Mme Vallée. Cet été, la caravane des aînés était dans la région pour parler des droits des personnes âgées. C'est une autre initiative intéressante à laquelle les gens ont bien réagi.»