La démolition du presbytère du Très-Saint-Rédempteur attendra


Publié le 20 mars 2017

Le bâtiment date de 1902.

©Photo : TC Media - Yannick Boursier

DÉMOLITION. Lundi soir, le Comité sur les demandes de démolition (CDD) a voté pour qu’une étude complémentaire soit réalisée afin de définir la valeur patrimoniale du 221, rue Saint-Rédempteur.

Plus tôt en mars, une nouvelle demande avait été déposée par le propriétaire de la Résidence de l'Île pour démolir l'ancien presbytère afin de le remplacer par un nouveau bâtiment. La demande de démolition vise à pouvoir faire une nouvelle bâtisse qui permettra d'avoir 99 chambres pour les personnes âgées plutôt que les 35 actuelles dans l'édifice concerné.

La décision d’attendre une étude patrimoniale a été prise à l’unanimité.

La conseillère Sylvie Goneau s’est dite peu convaincue de la valeur ajoutée de la démolition du presbytère dans la revitalisation du quartier. Selon elle, des réparations seraient envisageables plutôt qu’une démolition.

De son côté, Jocelyn Blondin s’est dit ouvert à l’étude, même s’il juge que le bâtiment n’a plus son lustre d’antan. «Je connais très bien le bâtiment, c’est là que mon père a été baptisé», a ajouté le conseiller du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau.

Les quelques citoyens présents lors de la rencontre, tous contre la démolition, peuvent donc se rassurer pour l’instant. C’est le cas de Claude Royer, responsable du Comité d’Urbanisme de l’Association des résidants de l’île de Hull (ARIH).

 «L’ARIH s’oppose parce que nous trouvons qu’il y a une identité historique et une valeur importante à ce bâtiment. C’est à peu près tout ce qui reste de patrimoine religieux dans ce secteur-là.»

Une première demande faite en 2014 avait soulevé beaucoup de questionnements de la part des citoyens soucieux du patrimoine. La Ville n'avait finalement jamais eu à se prononcer puisque le demandeur avait retiré sa demande, n'ayant pas présenté tous les documents nécessaires. Toutefois, une étude patrimoniale avait été demandée à l’époque, mais impossible de savoir si cette dernière a réellement été réalisée.